Saint-Chamas, Sorgues, Bergerac, Montpellier

Après la première journée d’hommage du 10 décembre 2009 à Arles, plusieurs municipalités concernées par l’histoire des travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale ont voulu elles aussi participer à ce mouvement de reconnaissance. A chaque fois, l’association M.O.I. était naturellement présente.

Le 16 octobre 2011, grâce à la détermination de Jacques Lemaire, président des Amis du Vieux Saint-Chamas, une plaque de marbre a été inaugurée dans l’ancienne Poudrerie de Saint-Chamas (13). Trois anciens travailleurs indochinois étaient présents à la cérémonie : Nguyen Buu (Jacques), Nguyen Van Thanh, et Trân Van Thân. René Gimet, maire de Saint-Chamas, et Frédéric Vigouroux, maire de Miramas ont prononcé un discours.

Le 6 septembre 2012, une journée d’hommage aux travailleurs indochinois a été organisée par le maire de Sorgues, Thierry Lagneau, en présence du préfet du Vaucluse Yannick Blanc, et du président du Conseil général du Vaucluse Claude Haut. A cette occasion, une plaque commémorative fut dévoilée sur un des piliers de l’ancien camp de Bécassière. Deux anciens travailleurs indochinois étaient présents : Nguyen Van Thanh et Thieu Van Mûu.

Le 14 décembre 2012, le maire de Bergerac, Dominique Rousseau, a dévoilé une très belle plaque de marbre sur un des murs de la Poudrerie de la ville.

Le 2 novembre 2015, une plaque a été dévoilée sur le Monument du souvenir indochinois, dans le cimetière Saint-Lazare de Montpellier. Sur cette plaque sont gravés les noms des 19 travailleurs indochinois décédés à Montpellier entre 1941 et 1945. La cérémonie de dévoilement de la plaque était présidée par Lorraine Acquier, conseillère municipale en charge des anciens Combattants et de la Mémoire. Deux veuves d’anciens travailleurs indochinois étaient présentes : Juliette Nguyen (la femme de Nguyen Van Thanh), et Hélène Dinh Phung (la femme de Dinh Phung Kieu).