L’édification de la stèle

L’objectif premier de l’association M.O.I. a été l’érection d’une Stèle nationale à la mémoire des ouvriers indochinois. Cette  stèle a été inaugurée à Salin de Giraud (13), commune d’Arles, dans le parc de la mairie, le 5 octobre 2014. Le choix de cet emplacement est l’aboutissement de la volonté des enfants d’anciens travailleurs indochinois d’ancrer dans le sol de France cette tranche de la vie « d’immigrés de force » qu’a vécue leurs pères.

Pour concrétiser  cette page de vie, nous nous sommes appuyés sur un passage du livre autobiographique d’un ancien travailleur indochinois, Lê Huu Tho. Dans Itinéraire d’un petit mandarin (L’Harmattan, 1997), il écrit:  « La France se doit de ne pas oublier les sacrifices de ces hommes qui ont laissé leur âme sur son sol et leur rendre hommage autant que justice. Ce sera tout à son honneur et à sa grandeur. J’ose, en toute modestie, suggérer qu’une stèle portant leurs noms soit érigée aux abords des rizières de Camargue en Provence, reconnaissant les services qu’ils rendirent à la France. Peut-être ne suis-je qu’un rêveur solitaire? »

Lê Huu Tho
Jaquette du livre: »itinéraire d’un petit mandarin »

Non, très cher Tho! Tu n’auras pas été qu’un rêveur solitaire, tu as été un des passeurs de la mémoire de nos pères,  et notre inspirateur. Pendant des années Tho n’eut de cesse de solliciter les responsables politiques arlésiens, afin que son rêve soit réalisé. En vain. Il aimait citer ce dicton vietnamien: « Quand tu manges un fruit, n’oublies pas celui qui a planté l’arbre! »

Finalement, il a fallu attendre 2009, et la sortie du livre de Pierre Daum, Immigrés de force (Actes Sud 2009), pour que la ville d’Arles organise le 10 décembre 2009 la première cérémonie d’hommage aux 20 000 travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale. Hélas, Tho nous avait quitté quelques semaines plus tôt.

Dans l’élan créé par cette première cérémonie, un petit groupe d’enfants de travailleurs indochinois a lancé le projet d’édification d’une Stèle nationale à la mémoire de leurs pères, et de leurs 20 000 anciens camarades.

Après deux ans de démarches auprès du secrétariat d’État aux
anciens Combattants et à la Mémoire, du conseil régional PACA, du conseil départemental 13, des mairies du département, de mécènes privés et des enfants des travailleurs indochinois, la réalisation de notre projet pouvait commencer.
Répartition des subventions

Étapes de réalisation de la stèle

Mise en place du support de la stèle:

Réalisation de la sculpture, et taille du socle en pierre de Tavel:

Montage de la stèle:

Accès à la stèle  dans Salin de Giraud:

[wpgmza id= »1″]

Remerciements

  • à la mairie d’Arles pour son soutien financier et matériel tout au long de la construction ainsi que la mise à disposition d’une magnifique parcelle dans le parc de la mairie de Salin-de-Giraud.
  • à l’artiste Lê Ba Dang, ancien travailleur indochinois, pour la mise à disposition désintéressée de la maquette de la statue.
  • à Benoît Souverbie, artiste métallier, pour la sculpture acier.
  • à l’entreprise Miletto, tailleur et sculpteur de pierre.

Photos de Lé Ba Dang lors des journées  d’Arles des 9 et 10 décembre 2009.

Quelques œuvres de Lê Ba Dang, dont la maquette de la Stèle.

Réalisation de la sculpture.

       Le sculpteur Benoît Souverbie.

  Les marbriers des Ets Miletto.

VIDÉO DU MONTAGE DE LA STÈLE